AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Dum Spiro Spero [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

DUM SPIRO SPERO ♦ CRIMINEL
avatar
— PSEUDOs : Artichaud
— CRIMES RÉSOLUS : 111
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✗ Indisponible
— AVATAR : Richard Armitage
— CRÉDITS : Artichaud

— ÂGE DU PERSO : Quarante-Trois ans, dont Sept années passées en Enfer.
— NATIONALITÉ : Anglais, bien que cela l'exaspère. Appartenir à la Couronne alors que celle-ci l'a abandonné lui donne envie de vomir.
— ORIGINAIRE DE : Londres. Comme si il avait eu beosin de revenir sur ce spas, s'enfermer de nouveau alors qu'il était enfin libre.
— LIEU D'HABITATION : Il habite Londres, plus précisemment Oxford Street, cette grande avenue qui mène jusqu'à Picadilly Circus, pleine de bruits et de gens, comme pour couvrir le vacarme dans sa tête.
— MÉTIER : Gérant d'un club de Tir Huppé, Bras droit à plein temps du Criminel Consulant bien que le recel d'arme et la disparition de corps soient également de son ressort.
— ARMES DU PERSO : Un sniper, une arme de précision qu'il maîtrise à la perfection. Il ne rate jamais sa cible.
— AMOUREUSEMENT : Son inclinaison va à Moriarty, tout comme son allégeance. Mais ne lui parlez pas d'amour.
— O. SEXUELLE : Bien qu'il ne soit pas insensible à certain charme féminin, il a une nette préférence pour la gente masculine, surtout lorsque cette dernière s'appelle James Moriarty.

MessageSujet: Dum Spiro Spero [Solo] Mer 7 Mai - 15:50



Dum Spiro Spero



« Moran. »

Il redresse la tête à la prononciation de son nom, avise un homme qui lui est familier mais ne lui porte pas plus d'intérêt que cela,  il secoue le menton d'un geste sec en guise de salut avant de retourner aux geste minutieux qu'il entreprenait. Un homme se tient devant lui, un client habitué des lieux, il l'a déjà croisé ici, loin d'être le meilleur tireur mais sans doute l'un des plus intéressés par les fréquentations de l'aristocratie britannique. Il ne sait pas pourquoi il est là, il ignore et s'il n'avait pas eu autre chose à faire peut-être lui aurait-il demandé. Mais il ne dit rien, finissant de nettoyer la culasse d'un sniper. L'autre attend, l'ancien militaire relève la tête. Irrité de le voir les bras ballant à attendre qu'il ne daigne lui parler, il soupire, s'essuie les mains et les pose sur le comptoir, fichant son regard de glace dans celui de l'homme qui lui fait face. Il ne l'aime pas particulièrement, un petit mafieux de bas étage qui s'est crée son réseau, rien à voir avec les grandes familles de ce monde de l'ombre, un parvenu qui se cache derrière un nom devenu respectable et un costume hors de prix. Aucune classe, il pue le profit et l'intérêt à plein nez, pas de véritable lueur d'intelligence dans son regard qui a du caresser bon nombres de courbes voluptueuses de prostituées qu'il envoie travailler sur les trottoirs ou dans les maisons de passes. L'ancien soldat se fiche bien de savoir ce qu'il peut faire de son temps, c'est ce qu'il fait ici à le regarder qui l'intéresse, il préférait qu'il déguerpisse plutôt qu'avoir à lui a parler mais le brun à du apprendre à avoir le sens du commerce. Il pose son regard sur son vis à vis.

Il est accompagné de deux colosses, l'ancien colonel ne leur adresse pas plus de quelques secondes son attention. Il ne les craint pas, cela fait longtemps qu'il n'a plus peur des coups si ces deux là sont venus pour le tabasser, alors soit, mais ils ne s'en tireront pas à si bon compte. Il a sans doute l'air bien gringalet à côté d'eux, mais lui, il a un sniper près des mains, une arme qu'il peut remonter les yeux fermés sans le moindre problème, épauler sans viser et ne jamais rater sa cible. S'ils sont plus rapides que lui, il sait qu'il possède encore quelques bon restes de combat au corps-à-corps. Seulement, il n'a pas envie de se salir les mains aujourd'hui. Son sang pulse contre ses tempes, alors qu'il tente d'afficher un air aimable. Une fois ceci tenté, il replonge ses yeux céruléens dans ceux d l'individu. Il concède une parole à celui qui lui fait face et qui ressemble tant à son père en cet instant, la même figure détestable, le même sourire condescendant. Il se met à le haïr au plus au point mais se retient tout juste, ses mots deviennent un feulement sourd qu'il tente de rendre poli.

«Que puis-je pour vous ?»

Une politesse qui ne dissimule que très mal un agacement qui commence à croître en lui, son interlocuteur est le genre d'homme qu'il exècre et par lequel il aurait souhaité ne pas être dérangé. Cela semble faire sourire l'homme, ses protecteurs restent impassibles. Pendant un court instant Moran se dit que s'il le souhaitait, il pourrait déjà s'être saisi de son vis à vis et lui avoir offert une belle rotation des cervicales. Mais il vaut mieux éviter de retarder le moment où il serait tranquille. L'autre finit par lui répondre en se baissant au dessus du comptoir pour lâcher doucement quelques mots.

« J'ai un marché à t'offrir.»

Les paroles viennent et résonnent dans l'esprit de Sebastian, elles attisent sa curiosité et pourtant font jaillir un nouvelle vague de rage qui va s'accumuler avec les autres. Un tutoiement qui l'agace encore un peu plus, comme si cela avait été un moyen de lui montrer qui avait la main du bon côté de la balance dans cette conversation. Son irritation semble se percevoir, car son interlocuteur le fixe avec intensité. Il ne l'aime pas, cette suffisance permanente dans le regard, la même que celle que possédait son père lorsqu'il le regardait. Au lieu d'adopter une figure neutre dans l'attente de l'acceptation du sniper, l'individu ose le regarder avec ce dédain qui semble indélébile. Moran n'aime pas particulièrement ce genre d'attitude dans son  établissement,  il n'apprécie pas de le voir venir avec deux molosses comme s'il s'appropriait les lieux alors qu'il tente de conclure une affaire.



made by LUMOS MAXIMA

_________________
In your head, they are crying.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

DUM SPIRO SPERO ♦ CRIMINEL
avatar
— PSEUDOs : Artichaud
— CRIMES RÉSOLUS : 111
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✗ Indisponible
— AVATAR : Richard Armitage
— CRÉDITS : Artichaud

— ÂGE DU PERSO : Quarante-Trois ans, dont Sept années passées en Enfer.
— NATIONALITÉ : Anglais, bien que cela l'exaspère. Appartenir à la Couronne alors que celle-ci l'a abandonné lui donne envie de vomir.
— ORIGINAIRE DE : Londres. Comme si il avait eu beosin de revenir sur ce spas, s'enfermer de nouveau alors qu'il était enfin libre.
— LIEU D'HABITATION : Il habite Londres, plus précisemment Oxford Street, cette grande avenue qui mène jusqu'à Picadilly Circus, pleine de bruits et de gens, comme pour couvrir le vacarme dans sa tête.
— MÉTIER : Gérant d'un club de Tir Huppé, Bras droit à plein temps du Criminel Consulant bien que le recel d'arme et la disparition de corps soient également de son ressort.
— ARMES DU PERSO : Un sniper, une arme de précision qu'il maîtrise à la perfection. Il ne rate jamais sa cible.
— AMOUREUSEMENT : Son inclinaison va à Moriarty, tout comme son allégeance. Mais ne lui parlez pas d'amour.
— O. SEXUELLE : Bien qu'il ne soit pas insensible à certain charme féminin, il a une nette préférence pour la gente masculine, surtout lorsque cette dernière s'appelle James Moriarty.

MessageSujet: Re: Dum Spiro Spero [Solo] Lun 19 Mai - 19:13



Dum Spiro Spero



Il s'est assis dans un des fauteuils rouge du salon privé, pour ces londoniens plein aux as qui veulent s'essayer au tir. Il s'était même offert l'audace de se servir un whisky dans le bar sans en demander la permission. Se sentait-il si supérieur à lui qu'il était obligé d'agir de la sorte ? Il lui tend une carte de visite, une adresse est griffonnée dessus. Il la connaît, un beau repère de malfrats et de salauds dans lequel Scotland Yard n'essaye même pas de faire des descente. Il retrousse le nez avec mépris. S'il croit qu'il va aller mouiller dans une des ces choses qui se trament là-bas, il se fourre le doigt dans l’œil jusqu'au coude. Il n'a aucun problème à effacer les traces d'un meurtre et balancer n corps ans la Tamise, ni à proposer des armes à quelques connaissances, mais il ne traîne pas dans ce genre d'hôtel de passes avec règlements de comptes, tabassages spectacles et paris dans les sous-sols. Il joue plus finement, les maquereaux et leurs problèmes ne le regarde pas. S'il a besoin d'un champion pour régler ses comptes avec des clients mauvais payeurs, il n'a qu'à demander à l'une des armoires à glace. Il lui balance le marché en plein visage, s'attendant sans doute à ce que Moran saute dessus et accepte avec un sourire joyeux. Il est stupide. Il ne lui servira pas de gladiateur, il n'ira pas combattre dans arène pour ne pas avoir à salir son costume ni l'un de ses hommes de mains. Il ne lui servira d'arme, il n'en a de toute façon plus

L'autre repose son regard sur lui, inquisiteur puis goguenard, comme si il devinait ce que pensait l'ancien militaire et cela commencer à énerver ce dernier de plus en plus. Il n'aime pas que l'on se moque de lui, encore moins dans son lieu de travail et encore moins lorsque l'on vient lui proposer un marché qu'il compte refuser. Cela sous-entend qu'il n'est qu'un lâche, qui refuse par peur, mais il n'en est rien. Il repose la carte sur la table basse alors que l'autre se redresse. Il le fixe avec amusement, un mépris qui s'attarde dans ses yeux, les deux molosses se rapprochent alors qu'un sourire étire les lèvres de celui qui vient de lui tendre sa carte. Il persifle sur de lui.

« On le sait, Moran, c'est ton rail de cocaïne personnel. »

Il ne voit pas pourquoi il dit cela, a-t-il l'air d'un drogué en manque ? Peut-être ce léger tressaillement des veines en dessous ses yeux quand tout semble aller bien, que tout est trop calme, ces mains qui tremblotent lorsqu'il commence à s'inquiéter. L'autre ment, il n'a pas besoin d'une quelconque dose, il peut très bien faire avec, il a son club de tir, il se défoule sur les cible. L'ancien militaire tente de se persuader, il ferme les yeux comme si l'autre avait pu disparaître, le laisser tranquille pendant que ses certitudes revenaient. Mais l'imbécile relança l'assaut. Secouant la carte de visite devant ses yeux, comme on agiterait des sachets d'héroïne, des anti-dépresseur au visage d'un dépressif, des lames de rasoirs devant un suicidaire, pour lui dire qu'il fait le bon choix en les prenant, que c'est ce qui le fera se sentir mieux mais l'ancien colonel darde sur l'idiot un regard azur devenu sombre et glacial, mais l'autre continue de sourire, imperturbable et fier de sa personne.

« Tu ne la dédaigneras pas bien longtemps. Tu as tellement reçu de coups que tu cherches par tout les moyens à continuer de souffrir, sinon tu n'existes pas, tu crois sérieusement que tes petits manèges sont invisible ? Je t'offre ta dose sur un plateau, tu me fais gagner une jolie somme et on est tout les deux gagnants. »


Ce qu'il tentait de faire passer pour mensonge un instant plus tôt fait place à la colère, éternelle, dévastatrice. Il serre les dents, prêt a lui décoller ses phalanges en plein visage. Comment sait-il cela ? De quelles taupes disposent-ils pour s'être ainsi renseigné ? Il était pourtant passé bien inaperçu, un fantôme, un homme sans visage et sans nom, oublié de tous, voilà que désormais on venait marchander avec lui en lui balancer des évidences qui ne concernait que lui. Comment l'autre imbécile pouvait-il savoir ce que son offre représentait, un mélange dégoût et d'envie. Se défouler, frapper sur tout et n'importe quoi pour exulter, pour exister. Mais il ne voulait pas s'abaisser, il avait été trop longtemps un objet pour que parfois son libre arbitre tentait de reprendre le dessus.




made by LUMOS MAXIMA

_________________
In your head, they are crying.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dum Spiro Spero [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)
» Rompre la solitude (Solo acquisition Kuchiyose)
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» Entrainement et agrandisement avant le combat d'arêne {solo}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I AM SHER—LOCKED. :: London City. :: Quartier nord. :: Red District-