AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Hysteria feat John

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
— PSEUDOs : Dribbly
— CRIMES RÉSOLUS : 21
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
— AVATAR : Benedict Cumberbatch
— CRÉDITS : me
— DC&TC : /

— ÂGE DU PERSO : sa belle gueule ne reflète pas vraiment son age, mais monsieur a bien 35 ans , son âge mental quant à lui peut varier entre 8 ans et 99 ans
— NATIONALITÉ : les Holmes sont Anglais, ni plus ni moins, toute autre information est fausse.
— ORIGINAIRE DE : Un petit patelin près de Londres. Pas plus d'infos parce qu'il ne faut quand même pas faire venir ce qui lui sert de parents.
— LIEU D'HABITATION : 221B Backerstreet, ses portes sont ouvertes du Lundi au Samedi de 7h à 22h, mais si vous avez un cas intéressant , frappez.
— MÉTIER : Détective consultant indépendant pour qui veut bien payer, même si Sherlock ne fait pas vraiment de facture. L'argent ne l'intresse pas, c'est plus John qui s'en occupe.
— ARMES DU PERSO : Cela dépend fortement de la situation. Cela peut aller du sarcasme, à l'arme blanche, en passant par le fouet ou la traditionnelle arme à feu.
— AMOUREUSEMENT : gné?
— O. SEXUELLE : Si on devait poser des mots là dessus, ce serait sans doute pansexuel ou deductionsexuel

MessageSujet: Hysteria feat John Dim 23 Fév - 3:40




Hysteria John & Sherlock.
Il y avait une noirceur dans son cœur. Une noirceur qui a toujours été présente, mais que normalement il ignorait.  Il se taisait, la plupart du temps pour ne pas attirer l’attention, mais son esprit s’encombrait de théories et de questions qui lui refilaient le tournis. Assis sur une chaise, accoudé à la fenêtre de sa chambre, il observait Londres endormie.  La ville n’avait pas grand-chose à lui dire en cette nuit froide et nébuleuse.  Il crut apercevoir ci et là un chien ou une silhouette fantomatique d’un pauvre bougre allant ou revenant du travail.  Il n’avait jamais compris comment les gens pouvaient se complaire dans leur routine, elle l’ennuyait à mourir. En fait il se pendrait sans doute avant d’avoir en tête de se mettre dans les roulages du capitalisme anglais.   L’homme prit une bouffée de sa cigarette et l’envoya dans le monde.  Un peu plus de poison cela ne ferait de mal à personne après tout.

«  Moriarty…. » il murmura , laissant courir au vent ce nom qui le hantait depuis bientôt un an.  Il comptait bien le retrouver, il savait qu’il préparait quelque chose, tapis dans l’ombre, et il n’aimait pas réellement attendre et voir ce qui allait arrivait. Il aimait avoir une longueur d’avance, et avec cet homme c’était impossible.  Trop peu d’éléments, trop peu d’informations, il chassait du vide, un fantôme , comme cette masse opaque qui oppressait Londres en ces dernières heures d’une nuit qu’il avait passé à ressasser encore et encore les évènements de la piscine.  Il savait qu’il avait autre chose à faire, d’autres cas, d’autres pensées à avoir.  Mais au moins cela l’empêchait de penser à Irène, ou même à John, qui ne dormait juste à côté, ou peut-être pas, il ne savait pas réellement si son colocataire était encore en service dans ce dispensaire ? clinique ?  ni même à quelle heure il travaillait là-bas.  Cela n’était guère dans ses habitudes, car quand on s’approchait de la vie de John Watson, Sherlock était en temps normal au courant de tout.   Une autre bouffée, une autre trainée de fumée envoyée par la fenêtre.

Il était censé avoir arrêté.  C’est ce que tous les fumeurs se disent sans doute.   Mais Sherlock avait besoin de cela pour libérer son esprit.  Et comme il ne pouvait certainement pas recourir à nouveau à des drogues , sous peine d’aider son ennemi à atteindre son objectif en se rendant ridicule aux yeux de l’opinion publique, il fumait plus que nécessaire.  Son esprit jamais ne se reposait, c’était cela d’avoir un palais dans son esprit,  il était également une prison,  où sans répit il allait refaire les couloirs et rangées de données  rattachées aux souvenirs importants, aux images.  Et Sherlock avait beau scanner la moindre parcelle de son esprit, il ne supportait pas de ne pas avoir la clé de l’énigme, cela le rendait fou.  
Il se leva,  jeta la cigarette par la fenêtre et ouvrit la porte de sa chambre, puis celle de Watson et noua son peigneur pendant qu’il tapota l’épaule de son associé.  « Watson, nous avons besoin d’un cas intéressant maintenant. »   Maintenant étant 4h30 du matin , heure locale bien entendu.

© charney

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Hysteria feat John Mar 25 Fév - 18:31




Hysteria Sherlock & John.
Sa garde s'était achevée assez tard une fois encore mais ça n'était pas plus mal. Quittant la clinique après s'être assuré qu'aucune lumière n'était restée allumée, que tout ce qui était sous clé l'était bien et qu'il avait mis ses dossiers en bonne place et dument complétés, il avait appelé un taxi dans la rue, pressé de regagné Baker Street mais surtout son lit. Car aussi étonnant que cela puisse paraître, l'ex-militaire avait retrouvé un semblant de sommeil depuis qu'il vivait ici. Et je dis bien étonnant car considérant le fait que son cher colocataire improvisait parfois sur son violon en pleine nuit, on était quand même loin d'avoir les conditions idéales pour trouver le sommeil. Et pourtant. La plupart des nuits, John dormait, abandonnant enfin ses sempiternels cauchemards d'ancien soldat et puis même s'il ne l'admettrait pas devant le principal intéressé, il appréciait les mélodies produites par Sherlock lors de ses insomnies. Ça le changeait des bruits de bombardements et des cris et autres hurlements de douleurs... Qui aurait pu croire qu'une chose pareille se produise quand on sait comment tout à commencer entre ces deux là. Même sa psy n'en revenait pas, c'est dire tant le changement fut radical. Il ne le connaissait que depuis deux jours et pourtant il avait tué ce chauffeur de taxi pour le protéger. Preuve que quelque chose s'était bien passé pour qu'il en arrive là, lui qui visiblement souffrait de gros problèmes de confiance, toujours selon sa psy.

Enfin de retour au 221B Baker Street, John fit son chemin le plus silencieusement possible jusqu'à sa chambre, ne voulant pas réveiller Ms. Hudson avant tout et Sherlock si jamais ce dernier avait par miracle fermé l'oeil précisément ce soir. Une fois dans sa chambre, il se changea rapidement, laissant ses vêtements négligemment sur son fauteuil -mais légèrement pliés tout de même, réflexe de l'armée oblige- et s'engouffra avec plaisir sous sa couette pour enfin laisser Morphée faire son œuvre. Il est vrai que cette nuit était particulièrement morne, le brouillard enveloppant la capitale britannique de son manteau brumeux, faisant par la même occasion baisser le thermomètre de quelques degrés. Londres dans toute sa splendeur, que dire de plus ? Et puis ça n'était pas pour si peu qu'il se priverait d'un sommeil bien mérité. Oui, étrangement, il y avait bien d'autres choses qui devraient l'en empêcher, comme par exemple et pour ne prendre que celui-ci, le fait de savoir que Moriarty était toujours en liberté, quelque part là dehors, libre de faire ce que bon lui semblait sans avoir à craindre quoi ou qui que ce soit. Mais depuis ce qui c'était passé dans cette piscine, ce dernier semblait avoir pris le parti de ne plus s'occuper de Sherlock alors il n'allait pas s'en plaindre. Ce dernier n'avait pas besoin du criminel consultant pour se mettre en danger comme un grand, qu'on se le dise. C'était même une sorte de don naturel chez lui, enfin chez les Holmes en général même. Le prix à payer pour un intellect supérieur, très certainement.

Mais le repos fut de courte durée pour lui, puisque sur les coups de 4h30 du matin, une main vint le secouer, le tirant de ses limbes avec une voix grave plus que familière. Mais ça ne suffit pas à l'empêcher de laisser ses réflexes de militaire prendre le dessus. En l'espace d'une seconde, John avait attrapé le bras de Sherlock, quittant aussitôt son état second dû au réveil et son autre main se trouvait à présent autour du cou de son colocataire. Il lui fallu d'ailleurs une bonne seconde et croiser le regard interloqué de ce dernier pour réaliser ce qu'il venait de faire. Et aussitôt, il lâcha prise, secouant la tête vivement, ne croyant pas qu'il ait pu réellement faire ça. « Je... Je suis vraiment désolé Sherlock, je... J'ai cru que... Désolé. » conclut-il, déglutissant avec difficulté, le pouls clairement emballé sous le coup de la surprise. Il se redressa complétement par la suite, passant une main sur son visage avant de regarder à nouveau vers le grand brun debout devant lui. « Juste... La prochaine fois, il serait de bon ton de toquer avant d'entrer, histoire que je ne t'étrangles pas par accident. » ajouta l'ex-soldat, tentant toujours de se calmer après ce qu'il venait de se passer. « Un cas ? Maintenant ? » demanda-t-il dubitatif, les restes de sa somnolence le rattrapant au galop à présent, lui offrant par la même occasion une diversion de choix pour ne pas parler de ce qui venait de se produire.

© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar
— PSEUDOs : Dribbly
— CRIMES RÉSOLUS : 21
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
— AVATAR : Benedict Cumberbatch
— CRÉDITS : me
— DC&TC : /

— ÂGE DU PERSO : sa belle gueule ne reflète pas vraiment son age, mais monsieur a bien 35 ans , son âge mental quant à lui peut varier entre 8 ans et 99 ans
— NATIONALITÉ : les Holmes sont Anglais, ni plus ni moins, toute autre information est fausse.
— ORIGINAIRE DE : Un petit patelin près de Londres. Pas plus d'infos parce qu'il ne faut quand même pas faire venir ce qui lui sert de parents.
— LIEU D'HABITATION : 221B Backerstreet, ses portes sont ouvertes du Lundi au Samedi de 7h à 22h, mais si vous avez un cas intéressant , frappez.
— MÉTIER : Détective consultant indépendant pour qui veut bien payer, même si Sherlock ne fait pas vraiment de facture. L'argent ne l'intresse pas, c'est plus John qui s'en occupe.
— ARMES DU PERSO : Cela dépend fortement de la situation. Cela peut aller du sarcasme, à l'arme blanche, en passant par le fouet ou la traditionnelle arme à feu.
— AMOUREUSEMENT : gné?
— O. SEXUELLE : Si on devait poser des mots là dessus, ce serait sans doute pansexuel ou deductionsexuel

MessageSujet: Re: Hysteria feat John Mar 18 Mar - 0:06




Hysteria John & Sherlock.
Admettre qu’il n’avait pas réellement pensée à cette variable aurait été admettre qu’il aimait  son frère.  Oui  il se pourrait que Sherlock n’ait pas pris en compte le fait qu’en tant qu’ancien combattant  Watson pouvait encore avoir quelques reflexes et quels reflexes.   Alors qu’il se retrouvait prisonnier par un bras bien serré autour de sa gorge et son propre bras au bord de la dislocation , il eut pendant une fraction de seconde un sursaut de plaisir.  Sherlock avait un rapport compliqué avec les relations  entre êtres humains et alors qu’un autre aurait sans doute paniqué, se serait énervé ou même aurait hurlé de surprise,  il resta parfaitement immobile ( il n’avait pas réellement le choix vu la position)  et attendit patiemment que la réalisation ne frappe  Watson de plein fouet.   Il lui aurait bien dit de le lâcher pour la simple et bonne raison qu’il peinait à respirer, mais vu la surprise qui l’avait happé en même temps que la combinaison d’immobilisation qu’avait utilisée Watson,  ce dernier le lâcha rapidement.  Sherlock  se racla la gorge et  défroissa son pyjama, même si cela était un geste inutile,  et remit son peignoir en place.     « Watson, ne sois donc pas ridicule.  Le risque était calculé et il faut bien entretenir ces réflexes.  Le jour où tu ne m’étrangleras pas, là  il faudra que je commence  à frapper  à la porte «  

Sherlock roula des yeux au plafond et soupira profondément.  S’il y avait une chose qu’il détestait c’était bien se répéter, il avait pourtant été clair, non ? Il avait besoin d’un cas. «  Arrête de poser des questions stupide, Watson !  Oui maintenant ! »  he répondit et alluma en grande pompe toutes les lumières de l’appartement.   « Il n’est jamais trop tôt pour résoudre des énigmes  Watson »  il dit à travers le hall.    « Lève toi, la journée appartient aux lèves tôt comme ils disent    il ajouta et virvolta avec son peignoir dans la pièce principale.  Il s’assit devant son ordinateur et élégamment ouvrit le capot pour le lancer.  Il ramena ses mains devant lui et bougea ses doigts pour qu’ils se touchent en cascade.   Il était sans doute fou de vouloir cela maintenant, alors que tout Londres dormait, mais il avait sérieusement besoin de s’occuper l’esprit, juste pour rester sain et ne pas penser à ce que Moriarty préparait, car il était sûr qu’il préparait quelque chose, ce n’était qu’une question de temps pour qu’ils découvrent ce qu’il avait derrière la tête.

Et Sherlock devait se l’admettre, il était attiré par cet esprit dérangé plus qu’il ne pouvait l’admettre. Il y avait quelque chose dans la façon de faire de Moriarty qui l’excitait, c’était une véritable partie de chasse ou chassé et chasseur se confondaient en un point très subtil et obscur.  Plus que jamais Sherlock savait qu’il pouvait y laisser plus que sa réputation ou même sa vie.  Et c’est pour cela qu’il voulait immédiatement  faire quelque chose de bien, quelque chose de sain, quelque chose que seul Watson pouvait lui offrir.  L’autre homme n’avait aucune idée de l’importance qu’il jouait dans la stabilité mental de Sherlock, et ce dernier trop borné et même un peu effrayé par ces sentiments triviaux d’amitié   , n’osait pas simplement frapper à la porte d’un ami pour lui demander d’aller boire un verre juste pour parler.  Sa façon de parler avec Watson, c’était en élucidant des cas.   « Il faut vraiment changer de prose  Watson, ces contes romancés sont vraiment un amas de mots »  il critiqua.


© charney

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Hysteria feat John

Revenir en haut Aller en bas

Hysteria feat John

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Full metal hysteria [Feat Zanshi]
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Is Starvation Contagious? By John Maxwell
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» John Cena

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I AM SHER—LOCKED. :: Game is Off :: Cemetery :: RPs-